Accueil » Blog » Apprécier la valeur d’un fonds de commerce de fleuriste

Apprécier la valeur d’un fonds de commerce de fleuriste

fleuriste

Pour évaluer au plus juste, et apprécier la valeur d’un fonds de commerce dont l’activité principale est la vente de fleurs, il est impératif de connaître les principaux éléments sectoriels.

Le secteur du commerce de fleurs

Selon l’INSEE, le secteur du commerce de fleurs en magasin spécialisé dépend de la sous-classe 47.76 Z, ce qui correspond au commerce de détail de fleurs, de graines, engrais, animaux de compagnie et aliments pour ces animaux en magasin spécialisé

Dans les faits, cela regroupe l’ensemble des magasins proposant à la vente de fleurs, en pot ou coupées et compositions florales, de plantes et de graines, de plants, arbres et arbustes, d’engrais et de produits phytosanitaires, d’animaux de compagnie, d’aliments et d’articles pour animaux de compagnie, de décoration et composition de fleurs et de plantes vertes et fleuries ainsi que la location de plantes, ….

Analyse économique

La consommation des ménages

Selon l’INSEE, la consommation des ménages a été très favorable pour les fleuristes, ce qui se traduit par une hausse du chiffre d’affaires de 0,5 % mais également par une hausse des marges de 0,6 % entre 2017 et 2018.

En valeur, près de 39 % concernent les plantes d’extérieur, 37 % pour les plantes d’intérieur et 24 % pour les cimetières et commémorations.

Les acteurs du secteur du commerce de prêt-à-porter

Au sein de ce secteur, se côtoient six acteurs différents :

  • Les fleuristes en boutique
  • Les fleuristes de marché
  • La grande distribution
  • Les jardineries spécialisées
  • Les graineteries
  • La vente à distance (en ligne ou par correspondance).

Selon l’INSEE, en 2017 il existait 16 357 entreprises de fleuristes.

Les perspectives d’avenir du secteur du commerce de détail de fleurs

Ce secteur a bénéficié de facteurs positifs importants :

  • Augmentation de la population et engouement croissant des ménages pour la décoration intérieur et l’embellissement de leur foyer,
  • La hausse du pouvoir d’achat permettant des achats coups de cœur dont font partis les fleurs et plantes d’intérieur
  • Une réputation de spécialistes maîtrisant un savoir faire et dispensant de bons conseils.

Très peu de fleuristes sont rattachés à une enseigne mais près de 75 % sont affiliés à un ou plusieurs réseaux de transmission florale (interflora, florajet, téléfleurs), acteurs qui assurent la mise en relation et gèrent la transaction entre clients qui commandent et les fleuristes qui confectionnent et livrent les commandes.

La pandémie de Covid 19 offre aux fleuristes de bonnes perpectives d’avenir, les foyers sont soucieux d’améliorer leur décoration intérieure et accordent un budget plus important à l’embellissement de leur foyer.

Structure financière

Afin d’apprécier le fonds d’une boutique de fleurs il est indispensable de pouvoir et d’avoir analyser les bilans et comptes de résultat des trois dernières années.

Les chiffres clés

Selon la fédération des centres de gestion agréée, en 2018 le chiffre d’affaires moyen d’une entreprise exploitée en individuel est de 148 172 Euros HT.

Les soldes moyens sont de 55 % de Marge brute, et de 14,8 % d’EBE, avec un résultat net de 13,3%.

Le poste d’approvisionnement représente 56,6 % des charges alors que le poste charges du personnel représente lui 25 %. Le poste des charges de personnel est en forte progression + 1,7 % entre 2017 et 2018, néanmoins les entreprises du secteur ont augmenté la gamme des produits proposés (pots, vases, …) qui leur permet de dégager des marges plus importantes afin de compenser cette hausse.

Les critères impactant la valorisation du fonds de commerce

Dans le secteur du commerce de détail de fleurs les principaux critères impactant la valorisation sont :

  • L’emplacement ou zone de chalandise
  • La concurrence
  • L’accueil, le service et la qualité commerciale
  • L’état de la boutique
  • Le type de produits proposés et leur adéquation avec la clientèle
  • La politique tarifaire
  • La fidélisation de la clientèle
  • Les services proposés (location de plante, événementiel, …)
  • Appartenance à un réseau de franchise,

Méthode de valorisation

La méthode de valorisation la plus utilisée dans ce secteur est celle qui est basée sur le chiffre d’affaires.

Selon le barème professionnel proposé par les éditions Francis Lefebvre dans leur guide de l’évaluation pour les fleuristes nous avons : 25 à 60 % du chiffre d’affaires annuel TTC pour les fleuristes en libre-service et 50 à 105 % du chiffre d’affaires annuel TTC pour les fleuristes traditionnels.

Le chiffre d’affaires TTC retenu est souvent la moyenne des chiffres d’affaires des trois dernières années.

Bien entendu il convient de corriger le résultat obtenu en fonction des forces et faiblesses du fonds de commerce valorisé. Il est également fréquemment utilisé une valorisation de 4 à 6 fois l’EBE.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *